dimanche 1 février 2009

La lettre du dernier recours

La BBC vient de dévoiler l’un des derniers secrets de la guerre froide, un secret toujours actif qui ne concerne rien de moins que la survie de l’homme sur cette planète. Après de nombreuses requêtes, une équipe de la chaîne britannique a pu réaliser une enquête sur les sous -marins anglais chargés de missiles thermonucléaires qui sillonnent les mers, arme ultime des forces britanniques. Lorsque les journalistes de l’équipe ont voulu savoir comment s’exécutait l’ordre de lancement des missiles, ils ont découvert un incroyable secret.
Chaque fois qu’un Premier Ministre est nommé par la Reine, il doit accomplir un acte qui le marquera à jamais. Un haut fonctionnaire de la Défense lui rend alors visite et lui explique qu’il doit rédiger une lettre. Cette lettre est une lettre d’instruction au Commandant des sous- marins chargés d’ogives nucléaires. Et le fonctionnaire de lui expliquer dans quelle conjoncture cette lettre sera décachetée et lue.

L’Angleterre a été victime d’une attaque nucléaire surprise, le Premier ministre a été tué ainsi que le responsable gouvernemental chargé de prendre cette responsabilité en cas d’empêchement du Premier Ministre. Le Commandant du sous- marin va ouvrir un coffre -fort puis un second coffre -fort qui contient une enveloppe. Il trouvera là les instructions du Premier Ministre et la réponse à la question qui se pose : faut il riposter et déclencher le feu nucléaire sur l’agresseur de la Grande Bretagne ? Cette lettre est appelée « the last report letter ».
De l’aveu des rares personnes qui ont été témoins de ce moment, c’est l’un des plus impressionnants pour un chef de gouvernement qui réalise soudainement ce que signifie l’exercice du pouvoir.
Les journalistes de la BBC ont pu embarquer dans l’un des sous -marins anglais, le HMS VANGUARD avec ses couloirs étroits, son mess des officiers aux panneaux de bois précieux, ses exercices de mise à feu angoissants pour le non initié ; un ordre arrive par fax grâce aux transmissions par ondes longues, le capitaine et son second actionnant alors chacun, une partie du système de décodage des messages, l’armement des seize missiles à têtes nucléaires multiples.
Il est arrivé que des officiers de marine refusent le commandement de ce type de sous- marin parce qu’ils ne se sentaient pas prêts à affronter une aussi lourde responsabilité, refus qui mettait aussitôt un terme à leur carrière militaire.
Lors du reportage, les journalistes purent interroger Lord Healey, ancien ministre de la Défense qui aurait eu à prendre la décision ultime si le Premier Ministre Harold Wilson en avait été empêché. Il leur fit un aveu extraordinaire : « je n’aurais jamais donné l’ordre de représailles. J’aurais dit qu’il n’y avait pas de raison de faire quelque chose comme cela, parce que la plupart des gens que vous auriez tués étaient des civils innocents. »

3 commentaires:

Anonyme a dit…

Incroyable

Anonyme a dit…

Bonjour Antoine,
Bravo pour tes articles ! Je cherche ton courriel en vain et profite de ton blog pour te contacter. Tu peux me joindre sur MacadamEditions@yahoo.ca. Odile Jouanneau, de Montréal.

jan a dit…

vous avez vu le film avec Trintignant dans lequel les usa et la russie doivent faire feu l'un contre l'autre après une erreur de transmission. Je ne me souviens pas du titre du film, il est en noir et blanc, c'est très impressionnant.