lundi 23 juin 2008

S’informer pour gouverner

La découverte récente du programme nucléaire clandestin de la Syrie doit beaucoup aux nouvelles pratiques de traitement et d’analyse de l’information ouverte diffusée publiquement. Nommé OSINT (Open Source Intelligence) ce traitement des sources ouvertes mobilise l’avant-garde des services de renseignements US malgré certaines résistances. Un rapport du Congrès américain a souligné la nouveauté et l’importance de ce nouveau domaine.
Pendant longtemps l’information ouverte a été considérée comme de seconde classe, rien ne valant l’information secrète surtout si elle était obtenue par des écoutes bien placées ou mieux par un agent secret introduit dans la place pour surveiller. C’est ce type de données qui avait le coefficient le plus élevé de confidentialité. « Top secret aux Etats-Unis », « Très secret défense » en France pour protéger les sources et les méthodes d’acquisition. De plus la circulation de ces documents est strictement limitée à ceux qui ont la nécessité de les connaître grâce à des dispositifs complexes (SCI) qui compartimentent l’information et la protège. En somme plus l’information était difficile à obtenir et secrète, plus sa valeur était considérée comme importante.
La situation commença à changer au cours de la seconde guerre mondiale au moment où le gouvernement américain obtint de précieux renseignements grâce à l’écoute des grandes radios internationales. Enregistrées et traduites par un organisme spécialisé, le FBIS, les données recueillies furent d’une immense importance pour le gouvernement américain à tel point qu’il fut intégré à la CIA.
Pendant la guerre froide, le FBIS alimenta les kremlinologues de la CIA en données brutes sur ce que les media sous influence soviétique laissaient apparaître des évolutions de l’empire stalinien. La chute du mur de Berlin priva le FBIS de son fonds de commerce mais les enquêtes parlementaires chargées de remédier aux lacunes constatées après le 11 septembre 2001 mirent en évidence l’importance d’un traitement et d’une analyse de l’information diffusée par les media traditionnels et Internet. C’est ainsi que naquit le DNI Open Source Center dont le site est réservé au gouvernement américain et qui diffuse l’information qui lui semble avoir une importance stratégique, classée par zone géographique et par thématique. Ainsi un service Internet rend compte des activités de Kim Jong Il, le dirigeant nord-coréen, un autre suit l’activité de la Chine au Tibet et même la progression de la grippe aviaire. Le rôle fondamental de l’OSINT est décrit avec beaucoup de clarté par le magazine Forbes qui souligne l’importance de l’activité de Robert Steele, le patron du site oss.com, grand promoteur de ce type d’activité.
Le directeur de l’OSINT américain Douglas Naquin dispose de plusieurs milliers d’agents qui utilisent les dernières technologies de traitement de l’information (traduction automatique, voix-texte, analyse sémantique). 300 sites de l’Islam radical sont suivis en permanence, le centre a accès à 20000 télévisions du monde entier, des chiffres qui donnent le vertige.
Les experts s’accordent aujourd’hui à estimer que 80 à 90% de l’information stratégique utile aux gouvernements existe dans les sources de l’OSINT.

Il arrive que par certaines indiscrétions le public accède à des échantillons complets de ce travail confidentiel comme par exemple un rapport exhaustif de l’Open Source Center sur les relations entre la Syrie et la Corée du Nord où l’on se rend compte que l’intégralité des media du Moyen-Orient et de la Corée du Nord sont suivis en temps réel !

2 commentaires:

Anonyme a dit…

"300 sites de l’Islam radical sont suivis en permanence, le centre a accès à 20000 télévisions du monde entier, des chiffres qui donnent le vertige."

1) Oui, mais (mal)heureusement y'a les PUMA, les PUTA et autres petites structures inaccessibles à l'extrême-boite..

2) La MELLI s'est fait faire aux pattes : y'a matière à réflexion

3) Le système d'organisation des sayanim's et passé chez les muslim's

4) Les russes envoient leur filles...

Comme dirait Blin-Bling : « Saint-Saëns, Saint-Saëns… J’ai jamais connu quelqu’un qui s’appelait Sens »

Martin

Lemat a dit…

Qu'en pense Ahmed Rami?

Sarkozy a dit : "la France aux renseignement!"

C'est quoi la France?

Arthaud